Le radiateur à accumulation

Un radiateur à accumulation est la simplicité même, une fois que vous avez compris les bases de leur fonctionnement. Il faut juste avoir conscience que, si vous découvrez pour la première fois un accumulateur, il peut sembler un peu déconcertant. C’est ce qui arrive généralement aux nouveaux propriétaires qui ne possèdent pas le mode d’emploi de ces appareils ; le vendeur du bien ne leur ayant pas laissé. Bien sûr, le consommateur qui achète ce produit aura les informations avec son appareil, la difficulté n’est donc pas systématique. C’est juste la découverte des 2 molettes qui surprend, alors que dans tout chauffage traditionnel il n’y en a qu’une. De même que l’anticipation du besoin de chauffe qui, au départ, demande un peu de pratique. Mais après une semaine d’utilisation, ces radiateurs sont aussi simples à utiliser qu’un bain d’huile.

Comment fonctionnent un radiateur à accumulation ?

Avant de passer à l’essentiel, il est important de bien comprendre le fonctionnement des accumulateurs : ils fonctionnent en effet très différemment des autres solutions de chauffage conventionnelles.

Les molettes de réglage du radiateur

Les appareils de chauffage à accumulation se chargent pendant les heures creuses. Ainsi, un radiateur à accumulation stocke la chaleur dans des briques de rétention thermique, afin que la chaleur puisse être libérée progressivement durant la journée. Et parfois sur plusieurs jours, pour les meilleurs modèles.

Pourquoi voudriez-vous stocker de la chaleur ? Pourquoi ne pas l’utiliser immédiatement ? La raison est qu’un radiateur à accumulation est conçu pour une utilisation en tarif économique en heures creuses, moments où la demande est la plus faible dans la zone géographique du consommateur.

Les prix des heures pleines sont gonflés, comparés à ceux des heures creuses. Or, les heureux utilisateurs d’un radiateur à accumulation évitent d’utiliser ces tarifs plus chers parce qu’ils ont accès à la chaleur stockée, qu’ils peuvent utiliser selon leurs besoins pendant les heures pleines, sans dépenser un centime d’euro quand ils chauffent une maison.

Certains ménages habitués aux accumulateurs ne voudraient surtout pas revenir ni au chauffage central, ni au chauffage électrique conventionnel. A l’inverse, si vous ne connaissez que le chauffage central, il vous faudra vous habituer à estimer la quantité de chaleur dont vous aurez besoin pour la journée à venir. Si vous estimez ne pas avoir besoin davantage de stockage, nul besoin de faire fonctionner votre appareil qui continuera de toute façon à vous chauffer. Si vous estimez préférable de stocker de la chaleur pour la journée à venir, ou celle d’après, vous pouvez alors décider d’emmagasiner de la chaleur pendant les heures creuses le ou les jours précédents.

Comment fonctionne un radiateur à accumulation ?

Contrôler vos accumulateurs

Il existe différents types d’accumulateurs, et sans doute Thermor propose les plus simples, avec une qualité de fonctionnement de qualité. La plupart des chauffages de cet acabit utilisent 2 cadrans pour fonctionner. Ils peuvent indiquer « entrée » et « sortie », ou « entrée de charge » et « température ambiante », d’autres marques ont parfois un vocable encore différent. Peu importe ce que cela peut être, ils signifient les mêmes indications : un cadran contrôle la quantité de chaleur stockée et l’autre contrôle le volume de chaleur libérée dans l’espace de la pièce.

Schéma de chauffe de la gamme Monaco 3

Le contrôle du stockage

En fonction de la marque, les cadrans d’entrée et de sortie affichent les numéros 1 – 5 ou 1 – 6. Le minimum est indiqué par le chiffre 1 et le maximum est indiqué par le nombre le plus élevé sur le cadran, comme sur tous les radiateurs électriques.
Pour sélectionner l’entrée de votre accumulateur, tout ce dont vous avez besoin est un peu de bon sens. Si vous savez que le jour suivant sera particulièrement froid, vous devriez régler votre stockage au maximum, dès la veille. Ceci pour vous assurer que vous avez suffisamment de chaleur jusqu’au soir suivant.

Pendant les mois d’été, il se peut que vous ayez seulement besoin de régler la charge sur 1 ou 2, pour stocker assez de chaleur pour la soirée qui va se rafraîchir (ou vous n’aurez pas besoin de le charger du tout !). Gardez à l’esprit qu’avec un radiateur à accumulation manuels, c’est à l’utilisateur de régler la consommation de charge en réponse aux changements de météo.

Comme la molette d’entrée règle la charge de nuit (la majorité des heures creuses sont la nuit), vous allez également connaître un effet positif sur la chaleur de vos chambres à votre réveil le matin. A partir du moment où les accumulateurs commencent à charger pour stocker de la chaleur, cette dernière est conduite à travers les briques thermiques de l’appareil, ce qui rayonne dans la pièce. C’est pourquoi la surface d’un radiateur à accumulation est plus chaude le matin. Elle commence à diminuer progressivement au fil de la journée. Parfois, cette chaleur rayonnante est tout ce dont vous avez besoin pour garder la pièce au chaud pendant la journée, sans avoir à modifier le contrôle de sortie. S’il fait plus frais le soir, des ajustements sont bien entendus possibles.

Le contrôle de la chaleur sortante

Lorsque la molette de sortie est tournée, un volet est ouvert dans l’accumulateur. Cette ouverture augmente ou réduit la quantité de chaleur libérée dans la pièce, proportionnellement au niveau du chiffre de la molette. Plus le chiffre est petit, moins vous libérez de chaleur stockée. La quantité libérée est bien sûr conséquente à la puissance de votre accumulateur. Pour reprendre l’exemple cité plus haut, Thermor propose 5 puissances dans sa gamme Monaco 3 :

  • 2 000 W
  • 3 000 W
  • 4 000 W
  • 5 000 W
  • 6 000 W

Si vous oubliez de stocker suffisamment de chaleur durant les heures creuses, et que vous libérez toute la chaleur loin des heures creuses, vous n’aurez plus de calories à libérer : il est conseillé d’utiliser un chauffage d’appoint plutôt que de mettre en route l’accumulateur.

Il est préférable de laisser les contrôles de sortie sur un réglage bas, pour fournir une chaleur constante tout au long de la journée afin que le soir il reste plus de chaleur, si vous aviez besoin de compenser une baisse de température inattendue. N’oubliez pas de remettre la molette de sortie sur la position 1 avant de vous coucher, afin de conserver autant de chaleur que possible pendant la nuit.

Les accumulateurs modernes possèdent des contrôles améliorés

Les modèles plus anciens nécessitent de faire des ajustements plus fréquents, en comparaison avec d’autres modes de chauffage. En revanche, leurs commandes individuelles permettent de répartir votre chauffage dans toute la maison. Vous réduisez donc les entrées et les sorties d’énergie dans les pièces moins utilisées. Même les modèles plus anciens gardent leur intérêt.

Les accumulateurs sont devenus intelligents ! Ils ont bénéficié des innovations récentes, et les nouveaux modèles suppriment totalement ces cadrans au bénéfice d’interfaces numériques de haute technologie. Les systèmes de chauffage à accumulation intelligents sont des appareils de pointe. Ils éliminent une grande partie des problèmes de contrôle des entrées grâce à des capteurs capables d’anticiper bien à l’avance les besoins de charge. Bien évidemment, cette innovation technologique a un prix beaucoup plus élevée que les accumulateurs traditionnels, lesquels restent tout à fait performants pour des prix qui sont général sous les 2 000 € TTC pour les puissances les plus élevées, alors qu’une puissance de 2 000 W s’achète à moins de 1 100 € TTC. Les modèles intelligents explosent ces prix.

Si vous préférez une gestion plus précise de la température de votre pièce, certains modèles vous permettent également de sélectionner une température de confort en °C, que l’accumulateur va maintenir automatiquement. Si vous ajoutez la fonction de programmation hebdomadaire, vous avez le nec plus ultra en termes d’efficacité et d’économie d’énergie.

Conseils aux primo-utilisateurs

Si vous avez acheté pour la première fois un accumulateur, voici quelques conseils pratiques pour vous aider à maîtriser votre système de chauffage :

  • Commencez par régler la molette d’entrée à mi-chemin, et voyez quelle est votre confort de chaleur le lendemain. Si vous en manquez, augmentez votre chauffage, et inversement si vous avez trop chaud. C’est en expérimentant vos appareils de chauffage que vous trouvez le bon réglage.
  • Réglez votre sortie à son réglage le plus bas avant de vous coucher. Ceci évite les pertes de chaleur et de gaspiller l’énergie pendant la nuit.
    Une fois une température confortable atteinte dans la pièce, réduisez la sortie. Cela permet de conserver autant de chaleur que possible pour le soir.
  • Créez des zones de chauffage pertinentes. Les pièces rarement utilisées doivent avoir une entrée et une sortie basse pour économiser de l’énergie.

Les appareils de chauffage à accumulation doivent être installés par un professionnel. Cela vous assurera câblage correct au réseau électrique. Pensez également à vérifier avec votre fournisseur d’électricité les heures creuses auxquelles vous pouvez prétendre.

Les accumulateurs sont lourds, en raison des briques contenues à l’intérieur. Si vous achetez un tel radiateur pour l’installer vous-même, assurez-vous d’avoir une autre personne avec vous pour vous aider. En effet, il est préférable d’être assisté  au moment de la pose de l’appareil.

> En savoir plus

A propos de l'auteur

Disjoncteurs.fr est le blog qui vous éclaire sur les techniques et les produits liées au matériel électrique. Nous vous accompagnons dans vos projets d'installation électrique, de rénovation et de décoration de votre habitat en vous donnant les informations qui vous permettent de concrétiser vos envies.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.