Glossaire électricité et matériel électrique
Fiches conseils, Matériel électrique

Glossaire électricité : Les termes à connaitre impérativement

Connaitre les termes techniques liés à l’électricité

Les termes techniques liés à l’électricité sont souvent nébuleux et incompréhensibles pour les néophytes. C’est pourquoi, nous vous proposons un glossaire de l’électricité qui vous permettra de mieux comprendre les qualificatifs techniques qui gravitent autour des produits électriques.

Cet article sera régulièrement enrichi de nouveaux mots, de manière à vous apporter le plus de précisions possibles sur les termes employés.

A comme Ampère

Accumulateur : est un dispositif qui permet de stocker de l’énergie électrique pour la restituer de façon différée

Alimentation électrique : ensemble de systèmes capables de fournir de l’électricité aux appareils.

Alimentation de secours : alimentation électrique qui prend le relais en cas d’arrêt de l’alimentation électrique principale.

Ampère : symbole A. Unité d’intensité du courant électrique constant maintenu entre 2 conducteurs.

Ampoule électrique : dispositif produisant de la lumière en portant à incandescence un filament de tungstène.

Arc électrique : l‘arc est un phénomène qui peut se produire en présence de câblages électriques lâches. Ce qui peut être dû aux épissures de fils, des connexions aux disjoncteurs, des interrupteurs muraux, des prises  de courant, etc. L’arc électrique est causé par la tension et un espace physique. Plus la tension est élevée, plus l’espace physique que l’arc peut atteindre est grand.

Quelle est la cause de l’arc électrique ?

Un arc électrique se produit lorsqu’un courant circule dans l’air entre deux conducteurs. La conduction incontrôlée de ce courant et l’ionisation de l’air ambiant en sont à l’origine.

Comment éviter un arc électrique ?

Une vérification des fils avec un multimètre permet de valider le circuit, ou de signaler une anomalie. Dans le cas contraire, le circuit jusqu’au disjoncteur est sans doute corrompu, et le disjoncteur peut se détériorer et chauffer, voire se déclencher en raison d’un flux de courant électrique plus faible.


Armoire électrique : ce matériel électrique protège la fiabilité et l’efficacité d’une installation. Ce peut être des coffrets standards ou personnalisés.

Appareillage électrique : ensemble du matériel nécessaire pour la commande et le contrôle de l’alimentation électrique de certains dispositifs de conversion.

B comme basse tension

Basse tension : plus petites lignes du réseau électrique qui alimentent les habitations, les artisans et les très petites industries en électricité. Entre 230 et 380 volts.

BAES : Bloc Autonome d’Éclairage de Sécurité. Signale les issues d’une pièce en cas de coupure de courant. > En savoir plus

BAEH : Bloc Autonome d’Éclairage de sécurité pour Habitation. Luminaire de secours équipé d’une batterie pour les habitations.

BF = Basse Fréquence : Onde électromagnétique dont la longueur dans le vide varie entre 1 et 10 kilomètres.

BT = Basse Tension : plus petites lignes du réseau électrique qui alimentent les bâtiments. Entre 230 et 380 volts.

Bipolarité : s’applique dans le cas d’un disjoncteur bipolaire. C’est à dire qu’il assure la protection du circuit électrique en utilisant les deux pôles : Phase et neutre. Contrairement au disjoncteur unipolaire qui s’applique uniquement à la phase.

Boîte de jonction : Boîtier fermé qui abrite le raccordement des câbles électriques de l’installation électrique (également appelé Boitier de raccordement ou Boîte de dérivation)

Boîtiers  électriques : il existe des boîtiers ronds, carrés, rectangulaires, peu profonds, résistants aux intempéries, etc. Ils se déclinent en plastique et en métal. Les boîtes en plastique ne sont pas conductrices.

À quoi servent les boîtiers électriques ?

Les boîtes de jonction sont une partie essentielle des systèmes de câblage électrique pour tout type de bâtiments. Le but de ces boîtiers est d’accueillir en toute sécurité les connexions électriques d’une structure. Plusieurs tailles sont disponibles.

Quelle est la différence entre une boîte de dérivation et une borne de connexion ?

Une borne de connexion est utilisée pour connecter des câbles de façon spécifique, qui nécessitent pas d’extension à l’avenir. Elle n’offre aucun espace pour une expansion future.  La boîte de dérivation  possède des dimensions minimales mais bien plus larges, avec beaucoup d’espace.  Une expansion future peut également être planifiée pour de nouvelles connexions électriques.

C comme câble

Câble électrique : plusieurs fils isolés réunis dans une même gaine protectrice. Transporte l’énergie électrique ou transmet des données (téléphone, informatique).

Câble coaxial : utilisé pour la transmission de signaux numérique ou analogiques par fréquences hautes ou basses entre les antennes TV et les téléviseurs.

Caloporteur : signifie littéralement “qui transporte la chaleur”. Il s’agit de procédé de chauffage ou. de refroidissement qui permettent de mesurer les échanges thermiques.

Charge électrique : propriété physique que présentent certains échantillons de matière. Peut être positive ou négative et se mesure en coulomb (C).

Chemin de retour électrique : les courants de retour recherchent le chemin de moindre impédance ; dès qu’une différence de potentiel est créé, il y a création d’un plus court chemin que la normale. Donc il y a court-circuit. En basse tension, la majeure partie du courant de passe directement de la charge à la source. Cette ligne droite entre la charge et la source représente le chemin de moindre résistance, c’est le normal de moindre impédance.

Circuit électrique : ensemble simple ou complexe de conducteurs et de composants électriques parcouru par un courant électrique.

Circuit en parallèle : circuit électrique dont les branches sont connectées par des nœuds communs.

Circuit en série : circuit électrique constitué de fils et de composés électriques qui ne forment qu’une boucle.

Circuit RC : circuit électrique composé d’une résistance et d’un condensateur montés en série ou en parallèle. Permettent de réaliser des filtres électroniques passe-bas ou passe-haut.

Circuit RLC : circuit linéaire comprenant une résistance électrique (conducteur ohmique), une bobine (inductance) et un condensateur (de capacité C).

Cogénération : il est question de cogénération de chaleur et d’électricité, quand il y a production simultanée d’électricité et de chaleur utile. Par exemple, dans une centrale électrique classique, la chaleur produite lors de la production d’électricité est perdue. Dans une centrale de cogénération, elle est récupérée pour une utilisation dans le bâtiment considéré.

Commutateur : il s’agit d’un dispositif qui permet de modifier la connexion de circuits électriques. Le terme anglais Switch, est également utilisé pour désigner un commutateur.

Commutateur double : également appelé double allumage, il permet 2 commandes différentes à partir d’un même mécanisme.

Compensation électrique : améliore la puissance en installant une batterie de condensateurs, source d’énergie réactive. Diminue la quantité d’énergie réactive fournie par la source.

Compteur électrique : appareil mesurant la consommation électrique d’une installation en kWh au sein d’une habitation ou d’un lieu d’activité. Sert à la facturation énergétique.

Condensateur : appareil constitué de deux surfaces conductrices séparées par un isolant de faible épaisseur. Caractérisé par sa capacité électrique en farads (F).

Conducteur : matériau qui laisse circuler le courant électrique.

Conductivité : caractérise la résistance au passage du courant ou de la chaleur dans un matériau.

Conduits ICTA : ces conduits ont un usage universel, que ce soit dans une installation en montage apparent intérieur ou extérieur, encastré dans les murs et les planchers, avant ou après la construction. Ils sont gris, bleus, verts ou marron. Certains fabricants les vendent avec un tire-fils.

Conduits IRL : ce matériel est surtout utilisé pour les installations apparentes intérieures ou extérieures. Vous le trouvez beaucoup dans les caves et les garages. Leur rigidité devient un avantage, certains professionnels allant même jusqu’à parler « de mise en œuvre esthétique ». Ils s’encastrent dans les murs que ce soit avant ou après la construction. Ils sont gris ou blancs.

Conduits MRL : composés le plus souvent d’acier inoxydable, parfois zingués, ces conduits s’emploient dans les locaux industriels ou dans les parkings couverts. Ils excellent partout où une protection mécanique de haut niveau est attendue.

Conduits TPC : ces Tubes pour la Protection des Câbles se destinent à la protection des câbles électriques enterrés. A titre d’illustration, quand il s’agit d’acheminer la ligne de raccordement au réseau. Ils sont de couleur rouge pour les lignes électriques, de couleur verte pour les lignes de télécommunication. Des modèles peuvent être cintrables.

Connecteur / borne de connexion : une borne de connexion fonctionne comme un domino électrique. Plus pratique, il permet de relier des fils électriques sans avoir à utiliser de tournevis pour le serrage des fils. Il suffit de soulever une petite patte pour introduire le fil et de la fermer pour le verrouiller.

Consuel : il s’agit d’un organisme de vérification de la conformité des installations électriques d’un bâtiment. Son domaine d’intervention est le Neuf et la Rénovation complète ou lourde d’un système électrique d’un bâtiment. Il n’intervient pas pour vérifier l’installation électrique nouvellement créée dans une véranda par exemple. Le Consuel délivre une attestation de conformité que tout distributeur d’électricité doit vous demander avant de vous la fournir. Il existe un Consuel dans toutes les régions de France.

Contacteurs modulaires : ils sont principalement utilisés dans le domaine des installations pour commuter et contrôler les systèmes d’éclairage, le chauffage, la ventilation, les pompes à chaleur ou la climatisation. Ainsi que d’autres exigences en matière d’automatisation des bâtiments.

Courant alternatif : permet d’alimenter un transformateur en toute sécurité. Distribution de l’électricité en sinusoïdal. Opposé au courant continu. Mesure en Hertz (Hz).

Courant biphasé : présente 2 phases de tension égale et de signe contraire, et un neutre.

Courant continu : caractérisé par un mouvement quasi continu de courant dans un conducteur, dans la même direction et de façon régulière.

Courant différentiel (protection différentielle) : dans un schéma différentiel de courant, l’équipement est protégé par un relais différentiel. Il s’agit d’une protection de type unitaire, c’est à dire pour une zone ou un équipement spécifié. Cette protection différentielle suppose qu’il ne peut y avoir que des défauts internes à la zone considérée. A savoir une différence entre les courants d’entrée et de sortie.

Pourquoi utilise-t-on une protection différentielle ?

Les schémas de protection différentielle sont principalement utilisés pour lutter contre les défauts entre phases, et les défauts entre phase et terre.

Courant monophasé : présente une seule phase et un neutre. Il utilise deux fils conducteurs pour faire circuler le courant.

Courant nominal : le courant nominal est l’influx pour lequel les équipements  sont conçus. A titre d’illustration, si un générateur est évalué à X ampères, cela signifie que la taille du conducteur assure de pouvoir délivrer X ampères de façon continue. Il s’agit du courant que vous attendez d’une utilisation normale d’un appareil électrique.

Courant triphasé : présente 4 fils électriques : 3 phases et un neutre. Les 3 câbles de phase sont parcourus par une tension sinusoïdale ou alternative.

Court-circuit : contact entre 2 conducteurs d’un circuit électrique entraînant : passage direct du courant d’un conducteur à l’autre, augmentation de l’intensité du courant et élévation dangereuse de la température puis rupture de courant.

Chute de tension : la chute de tension est définie comme la quantité de perte de tension qui se produit dans tout ou partie d’un circuit en raison de l’impédance.

Les causes

Une chute excessive est due à une résistance accrue dans un circuit, généralement causée par une charge accrue pouvant provenir de l’énergie électrique utilisée pour alimenter les luminaires consommateurs, ou de toutes formes de connexions supplémentaires, de composants ou de conducteurs à haute résistance.

Qu’arrive-t-il au courant lorsque la tension chute ?

Le courant est proportionnel à la tension, et inversement proportionnel à la résistance. Cela signifie que l’augmentation de la tension entraîne une augmentation du courant, tandis qu’une augmentation de la résistance en entraînera la diminution.

Qu’est-ce qu’une chute de tension acceptable ?

Une chute de tension peut être acceptable quand elle est  de 5%, au niveau de la prise la plus éloignée d’un circuit. L’efficacité est quasi normale.

Comment éviter la chute de tension ?

Le moyen le plus simple de prévenir une éventuelle chute de tension, consiste à augmenter le diamètre du conducteur, ce qui abaisse la résistance globale. Dans les systèmes de distribution d’énergie, une quantité donnée d’énergie peut être transmise avec moins baisse, si une tension plus élevée est utilisée.

D comme disjoncteur

Délesteur : il optimise votre consommation électrique, tout en tenant compte de la puissance de votre abonnement, et de la consommation électrique à l’instant T. Il est particulièrement utile si vous avez un chauffage passant par des convecteurs ou des panneaux rayonnants. Son fonctionnement se base sur un circuit prioritaire où est raccordée l’installation électrique, et au moins un autre circuit non prioritaire (il peut y en avoir plusieurs). Notez que le chauffage ne peut pas être le circuit prioritaire. Quand la consommation augmente sur le circuit prioritaire, le délesteur coupe les circuits dédiés au chauffage pour éviter la surconsommation. Il les remet en service automatiquement lorsque la demande prioritaire baisse.

Dérivation individuelle : elle constitue le raccordement au réseau public de distribution.

La dérivation individuelle comporte :

  • Un dispositif de raccordement au réseau
  • Un coffret de branchement individuel, équipé au minimum d’un coupe-circuit de branchement, d’une prise de téléreport
  • Le compteur électrique
  • Le disjoncteur de branchement
  • Les conduits de liaison entre le coffret et le bâtiment

Différence de potentiel : représenté par le symbole U, mais exprimé en Volts (le symbole V). Il apparaît aux bornes de sortie d’un générateur – comme une prise de courant par exemple – une différence de potentiel. Le voltmètre est l’appareil pour la mesurer. Elle se situe généralement 230 et 240 V.

Vous trouvez parfois une autre dénomination pour exprimer la différence de potentiel : la tension. Le terme voltage est utilisé de façon impropre comme synonyme, par héritage du mot anglais.

DDP = différence de potentiel : travail effectué par unité de charge quand un objet chargé se déplace entre 2 points dans un champ électrique.

Disjoncteur : appareil coupant automatiquement un circuit électrique lorsque l’intensité du courant atteint une limite prédéterminée. Il peut être :
 – Différentiel : dispositif de protection capable d’interrompre le courant électrique en cas d’incident sur le circuit électrique d’une habitation.
 – Divisionnaire : placé en aval du disjoncteur différentiel, protège des courts-circuits.

Disjoncteur de branchement : c’est le disjoncteur qui permet de couper l’alimentation générale d’une habitation ou d’un local. Il est le point d’entrée entre le réseau de distribution d’électricité et l’habitation.

Disjoncteur tétrapolaire : disjoncteur qui comprend trois phases et un neutre.

Distribution encastrée : sous entendu, dans les parois. Les fils électriques sont dans des conduits cintrables encastrés dans celles-ci. Un petit rappel pour les bricoleurs occasionnels : l’encastrement direct sans gaine de protection est interdit.

Distribution semi-encastrée : cette solution est très populaire en rénovation de bâtiments. Elle combine une installation sous moulures et en encastrée. Toutes les parties disgracieuses d’une installation en saillie, avec ses baguettes au mur ou au plafond, sont ici encastrées. Seules les moulures sont placées au-dessus des plinthes.

Distribution sous profilés : ce type d’installation permet le passage des conducteurs sous moulures en plastique, dans des goulottes ou des plinthes électriques. Les moulures sont le plus souvent fixées au-dessus des plinthes, voire en remplacement.

Domino : un domino, également appelé sucre électrique, est un dispositif qui permet de relier deux ou plusieurs fils électriques. Il assure la conductivité des fils et se fixe avec un système de serrage à vis. Ils sont de moins en mois utilisés au profit des connecteurs de type Wago.

Domotique : la domotique est l’ensemble des techniques et technologies qui permettent d’automatiser le fonctionnement ds équipements d’une habitation. Depuis ces dernières années, la domotique a fait un bond en avant en proposant des solutions complètes et des objets connectés qui augmentent considérablement le confort d’un logement. La domotique est devenue Smart Home (maison intelligente).

E comme électricité

Energie électrique : énergie disponible sous forme de courant d’électrons utilisée pour produire de la lumière ou de la chaleur.

Effet calorifique : se dit de l’énergie électrique quand un courant de même nature traverse un matériau résistant. Elle se transforme alors en énergie calorifique. L’éclairage et tout convecteur électrique utilisent ce principe.

F comme fil électrique

Facteur de puissance : dans les circuits électriques, le facteur de puissance est le rapport entre la puissance réelle utilisée et la puissance apparente fournie au circuit. Le facteur de puissance est une caractéristique d’un récepteur électrique qui rend compte de son efficacité pour consommer de la puissance, lorsqu’il est traversé par un courant.

Fibre optique : la fibre optique est un fil en plastique ou en verre qui permet la conductivité de la lumière. elle est utilisée pour la transmission des données et sert notamment aux équipements des réseaux Internet. En effet, elle est déployée sur tout le territoire car elle permet à accès à l’internet haut débit.

Fil électrique : sert à transmettre des signaux électriques ou de l’énergie électrique.

Fil neutre : le fil neutre permet de renvoyer le courant électrique vers le circuit EDF. Malgré son nom, son intensité n’est pas nulle.  Il peut arriver qu’en connectant la Terre et le fil neutre le disjoncteur abonné déclenche. Le conducteur neutre n’est pas hors tension…

Fusible : fil d’alliage d’étain et de plomb coupant un circuit électrique en fondant lorsque l’intensité du courant prend une valeur dangereuse.

Fusible cartouche : ces fusibles se retrouvent dans les bâtiments résidentiels, industriels et les commerces, voire dans des applications agricoles. Les critères de taille, d’ampère et de tension nominale varient en fonction du besoin. Les fusibles à cartouche sont un dispositif de sécurité électrique à faible coût. De forme cylindrique, ils possèdent un point de contact à chaque extrémité. Cet accessoire électrique est  généralement construit en céramique, en verre ou en porcelaine.

G comme gaine

Gaine : enveloppe isolante d’un fil ou d’un câble empêchant le passage de tout courant électrique entre deux parties conductrices.

Galvanisme : électricité qui se développe par le contact de deux corps hétérogènes.

Goulotte : il s’agit d’un équipement en matière plastique qui permet d’accueillir des fils et des câbles électriques qui seront dissimulés par la goulotte au moment de la fermeture de son capot de recouvrement.

GTL : est l’acronyme de Gaine Technique Logement. Une GTL est un emplacement destiné à accueillir l’ensemble des fils et câbles électriques au départ ou à l’arrivée du tableau électrique de distribution ou du tableau de communication.

H comme haute tension

Haute tension : transporte et alimente en électricité sur une échelle nationale ou locale.

I comme interrupteur

Induction électrique : création d’un courant électrique à distance, d’une tension dans un circuit sous l’effet de la variation temporelle du flux magnétique d’un champ magnétique ) travers ce circuit

Inertie thermique : il s’agit de la capacité d’un matériau à accumuler de la chaleur et à la restituer. Par exemple, les murs d’une maison vont emmagasiner la chaleur produite par les rayonnements solaires tout au long de la journée. Cette chaleur sera restituée dès que la température ambiante baissera.

Installation électrique : regroupe l’ensemble des matériels électriques mis en œuvre dans un établissement pour la transmission de l’énergie électrique fournie par un distributeur d’électricité.

Intensité : grandeur du courant électrique en ampères (A). Son symbole est le I et s’exprime est Ampères (le symbole A). L’intensité correspond au flux électriques (des électrons) du circuit considéré. A titre d’illustration, un circuit électrique se crée en branchant un luminaire à une prise de courant. Il traverse les conducteurs jusqu’au filament de la lampe. Le flux d’électrons peut varier, ce qui change l’intensité qui en est l’effet visible.

Interrupteur : dispositif servant à couper ou à rétablir le passage du courant électrique dans un circuit. C’est un mécanisme servant à commander un point d’éclairage ou une prise de courant. Il peut se concevoir sans fil ou être filaire.

Inverseur : autrement appelé va-et-vient, il permet la commande à partir de 2 endroits différents. Il est toujours utilisé par paire.

IP (Indice de protection) : l’indice de protection IP est une convention internationale qui désigne les propriétés de résistance d’un matériel électrique. Elle s’applique à la capacité des équipements à évoluer dans les différentes conditions climatiques, les résistance aux poussières, contre les chutes, etc. L’IP est suivi de deux chiffres. Le premier chiffre de 0 à 6 indique la protection contre la poussière et contre les objets solides. Le second chiffre de 0 à 8 indique la protection contre les liquides.

Isolant électrique : constitué d’un matériau quine conduit pas le courant électrique (papier, verre, bois ou matières plastiques).

J comme joule

Joule : Unité légale de mesure d’énergie (symbole J).

K comme Kilowattheure

Kilowattheure (kWh) : un kilowattheure (kWh) est une mesure d’énergie. Ainsi, un appareil électrique de 1 000 watts a besoin de 1 kW de puissance pour fonctionner, soit la quantité d’énergie utilisée en une heure. C’est pourquoi, si vous laissez plusieurs appareils en veille branchés sur le secteur, la consommation d’énergie est toujours active. Ce qui se répercute sur la facture énergétique.

L comme loi

Lampe ou Ampoule ? : la lampe est le terme adéquat pour désigner ce que le consommateur nomme  une ampoule. L’ampoule désigne l’enveloppe en verre protégeant le filament. Et ce qui communément appelé lampe est un luminaire. Vous ne changez pas l’ampoule d’une lampe, mais la lampe d’un luminaire !

Lampe baladeuse : accessoire d’éclairage indispensable à tout professionnel et bricoleur, pour avoir de la lumière dans les zones difficiles d’accès, tout en gardant les mains libres. A néon ou à LED.

LED : acronyme anglophone qui signifie Light Emitting Diode. Ce sont des ampoules qui émettent une très bonne luminosité avec une faible consommation d’énergie. Elles remplacent les ampoules Tungstène, les halogènes et les lampes fluo-compactes grâce aux bénéfices qu’elles apportent en termes d’efficacité.

Liaison équipotentielle supplémentaire : la liaison équipotentielle supplémentaire officie comme une protection complémentaire dans une salle de bain. Elle est obligatoire. L’électricien relie entre eux tous les éléments conducteurs et toutes les masses des volumes 1 à 3. Puis il raccorde cette liaison à la terre de votre installation. Ainsi, tous les conducteurs de la pièce considérée ont un potentiel similaire. En plus d’offrir une protection contre le risque de choc électrique, en cas de contact direct ou indirect.

Loi de Coulomb : loi selon laquelle la force d’interaction mutuelle entre 2 objets électrisés ponctuels est inversement proportionnelle au carré de leur distance.

Loi d’Ohm : établit une relation entre la valeur d’une résistance (ohm), la tension qu’elle reçoit (volt) et l’intensité du courant qui circule (ampère).

M comme mise à la terre

Magnétique : appareil mécanique de connexion capable d’établir, de supporter et d’interrompre le courant dans des conditions normales d’utilisation du circuit et des courants de surintensité.

Magnéto-thermique : assure la protection contre les courts-circuits ainsi que les surcharges.

Matériel électrique de classe 0 : ce type de matériel n’a aujourd’hui plus cours, en raison du défaut de raccordement à la Terre. Toute la protection reposait sur l’isolation du produit.

Matériel de classe I : les produits bénéficiant de cette classification disposent de la protection par isolation avec le complément de la mise à la terre des conducteurs.

Matériel électrique de classe II : outre la protection par isolation, ce type de matériel possède également une double isolation ou une isolation renforcée. Ces produits ne nécessitent pas de protection par raccordement à la terre.

Matériel de classe III : cette catégorie de matériel électrique s’alimente en TBTS – Très Basse Tension de Sécurité – de 12 V. Ce qui évite les risques de chocs électriques. De ce fait, le raccordement à la Terre est inutile.

Mesure du courant électrique : le courant peut être mesuré à l’aide d’un ampèremètre. Le courant électrique peut être mesuré directement avec un galvanomètre, mais cette méthode implique de couper le circuit électrique, ce qui est parfois gênant. La mesure peut s’effectuer sans interrompre le circuit, en détectant le champ magnétique associé au courant.

Mise à la terre : consiste à relier un appareil à la terre par l’intermédiaire d’une prise de terre.

Module (d’un tableau électrique) : les modules servent à protéger les personnes et l’installation et à assurer des fonctions de commande et de programmation.

Module (taille) : les appareillages s’installant dans les tableaux de répartition (coupe-circuits à fusibles, disjoncteurs différentiels, etc.) peuvent présenter des différences de taille d’un fabricant à l’autre. Pour standardiser la place du matériel électrique, la taille s’exprime en module. Ainsi, un dispositif d’un fabricant peut prendre la place de 2 modules, contre 1 dans une marque concurrente.

N comme neutre

Neutre : référence de potentiel ou de tension pour les phases produites. Constitue une référence « zéro volt » du générateur. Relié à la terre.

Néon : ce terme désigne de façon populaire des tubes fluorescents. Dans les premiers modèles, le gaz utilisé pour ces tubes était le néon. De nos jours, des vapeurs de mercure le replacent.

O comme Ohm

Ohm : unité du système international équivalent à cette résistance et servant à la mesure des résistances électriques (symbole Ω)

Onduleur : ce matériel électrique convertit le courant continu d’une batterie (ou d’un réseau de batteries), généralement 12 V ou 24 V, en courant alternatif conventionnel à 230 V. Les appareils se branchent sur cette alimentation portable pour fonctionner normalement : lampes électriques, ordinateurs, etc.

P comme puissance

Pertes joules : dégagement de chaleur provoqué par le passage d’un courant électrique dans un matériau conducteur qui lui oppose une résistance.

Phase : câble électrique permettant d’apporter la tension nécessaire pour faire fonctionner un appareil. Le courant dit de phase est le courant traversant une ligne électrique entre une source d’alimentation et une charge de consommation. Le courant de phase traverse tout composant comprenant une source ou une charge.

Pince à bec long : cet outil à bec effilé possède des caractéristiques distinctes des autres modèles de pinces. Ces références sont longues et étroites, avec des bouts pointues, courbes ou inclinés. Les pinces à bec long sont en acier, avec des poignées isolées en plastique ou en caoutchouc faciles à saisir. Idéale pour les espaces les plus exigus. Certains modèles ont un outil de coupe à la pointe, pour les fils lors de travaux d’électricité.

Potentiel électrique : grandeur qui détermine l’état électrique d’un point dans l’espace.

Prise électrique : composant électrique composé d’une prise mâle qui permet de recevoir une prise femelle et transmet du courant électrique à un appareil.

Prise dite de confort : la prise de confort évite l’utilisation de rallonges ou de prises multiples. C’est un achat supplémentaire à installer dans une zone où elle n’était pas prévue à l’origine, mais dont la présence murale apporte un confort aux utilisateurs. Une entrée, un couloir nécessitent au minimum une prise de courant. Il est communément accepté qu’une prise de confort puisse être fixée à 3 mètres d’une fiche déjà en place. Les prises de courant doivent posséder une borne de terre et un système d’obturation automatique des alvéoles. Les prises de courant à fixation à griffes sont interdites dans le neuf depuis juin 2004, même pour les prises de confort.

Puissance : énergie échangée, donnée ou reçue, par un corps pendant une seconde. Unité : watt (symbole W).

Puissance active : puissance qui provoque un mouvement. Représente, dans les habitations, la plus grande partie de l’énergie consommée.

Puissance apparente : somme de la puissance active et réactive. Il s’agit de la puissance souscrite lors d’un contrat d’électricité.

Puissance en régime alternatif : les grandeurs électriques présentent un caractère périodique, la puissance devient donc variable.

[Compensation de] puissance réactive : mise en place à l’aide de condensateurs pour éviter une surconsommation et une pénalisation fiscale du distributeur d’énergie.

Q comme quantité

Quantité d’électricité : quantité de charges électriques déplacées par les électrons. Notée Q et mesurée en Coulomb (C).

R comme régulateur

Rallonge électrique : une rallonge électrique est une longueur de câble d’alimentation électrique supplémentaire,  avec une fiche à une extrémité pour le branchement au secteur,  et une ou plusieurs prises électriques à l’autre extrémité. Si la fiche murale et la prise de courant de la rallonge sont de types différents, l’accessoire est sans doute un cordon adaptateur. Le terme désigne généralement la présence d’une extension flexible. Pour illustrer, même une multiprise verticale multimédia possède un cordon flexible. Contrairement au bloc multiprise qui n’en possède pas.

Réseau électrique : une fois l’électricité produite, elle doit être transmise et distribuée aux consommateurs. Le réseau d’installations de transport et de distribution constitue le réseau électrique. En règle générale, l’électricité est transmise à une très haute tension sur les lignes électriques qui parsèment nos campagne, pour arriver dans un bâtiment par un système de câblage électrique.

Régulateur de tension : circuit intégré qui fournit une tension constante pour n’importe quel courant de sortie.

Résistance électrique : force avec laquelle le conducteur s’oppose au passage du courant. En ohms (Ω)

Résistance thermique : informe sur la capacité d’un isolant thermique à résister aux températures extrêmes.

Résistance : son symbole est la lettre R. La résistance est simplement un matériau permettant à l’énergie électrique de se transformer en énergie calorifique. Pour illustrer avec une lampe, le tungstène du filament de l’ampoule est la résistance. La résistance importe en électricité, car l’intensité lui est proportionnelle.

Risques corporels : le passage du courant électrique à travers le corps est un risque pour la santé de l’individu, pouvant provoquer de simples picotements dans un bras à l’arrêt cardiaque. Les risques corporels sont de possibles contacts directs ou indirects de parties électrifiées avec des parties du corps humain. Des protections pour électriciens existent pour éviter ces risques.

S comme surtension

SLT = schéma de liaison à la terre : assure la protection des biens et personnes contre les défauts d’isolement.

Source de courant : fournit un courant constant isolément de la tension apparaissant à ses bornes.

Source de tension : fournit une tension constante entre ses bornes quelque soit le courant débité.

Surtension : tension élevée de manière anormale dans un dispositif électrique

Système électrique : c’est un ensemble organisé d’ouvrages permettant la production le transport, la distribution et la consommation d’électricité. Dans un bâtiment, outre sa livraison en électricité, il commence au tableau électrique.

T comme tableau électrique

Tableau de communication ou coffret de communication : il s’agit d’un boitier destiné à rassembler les câbles au départ d’une installation VDI. Ce dispositif de courant faible permettra la transmission des informations sur l’ensemble de l’installation.

Tableau électrique ou tableau de distribution : accueille toutes les lignes électriques d’une habitation et les organes de protection.

TGBT = tableau général basse tension : lien entre l’arrivée et la distribution du courant électrique dans une habitation.

TBT = très basse tension : alimentation autonome avec double isolation de sécurité.

THT = très haute tension : transporte l’électricité depuis les centrales électriques sur de longues distances avec des pertes minimales.

Tension : grandeur électrique se mesurant entre deux bornes d’un dipôle. Donne naissance au courant électrique.

Tension de claquage : valeur maximum du champ électrique supportée avant le court-circuit.

Tension transitoire de rétablissement : tension qui apparaît aux bornes d’un appareillage électrique après l’interruption du courant.

Thermique : assure la protection contre les surcharges

Transformateur : système de conversion qui modifie la tension et l’intensité d’un courant électrique.

Très basse tension : la Très Basse Tension de Sécurité. Pour les lampes, elle fait référence aux 6, 12 et 24 Volts. La basse tension désigne tout ce qui est inférieur à 1 000 Volts.

Triphasé : possède trois états de décalage angulaire entre deux tensions sous forme sinusoïdale.

U comme UHF

UHF = ultra haute fréquence (ultra high frequency) : fréquence très élevée comprise entre 300 et 3000 MHz

V comme volt

Ventilation mécanique : le principe de la ventilation mécanique est de créer une entrée d’air dans les pièces principales – un salon, une chambre, etc. -, ou une aspiration dans les pièces de service telles que la cuisine, la salle de bains ou les WC. L’air vicié étant rejeté à l’extérieur du bâtiment.

Ventilation mécanique ponctuelle : le caractère ponctuel implique la pose d’appareils dans chaque pièce de service à ventiler. Chacune des installations est indépendante, si bien que l’utilisateur ne la met en route qu’en utilisant une pièce. Son fonctionnement peut être retardé, comme dans les WC par exemple. Pour obtenir un débit suffisant, le choix de la ventilation mécanique ponctuelle doit s’adapter au volume et au type de pièce à traiter.

VDI : littéralement Voix, Données, Images. Acronyme qui désigne la transmission de données informatiques, vidéos, sonores. Il s’agit d’une installation permettant de créer un environnement multimédia dans son habitation.

VHF = très haute fréquence (very high frequency) : bande de fréquences comprises entre 30 et 300 MHz

Vis de serrage : ce sont des éléments utilisant une poussée de vis pour la fixation et le positionnement d’un pièce considérée. Le contact complet fixe solidement la pièce. Leur utilisation réduit le temps et les problèmes de maintenance.

W comme Watt

Watt : unité de puissance correspondant au débit de production ou de consommation de l’énergie.

> Commandez votre matériel électrique sur MaterielElectrique.com

4 Replies to Glossaire électricité : Les termes à connaitre impérativement

  1. Bonjour,

    Je vous remercie beaucoup pour cet article qui est riche en informations, en plus d’être bien structuré à fin de faciliter la recherche de certains termes d’électricité.
    C’est très intéressant pour les étudiants et les professionnels également.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.