Tout savoir sur les disjoncteurs communicants

Les professionnels de l’électricité n’ont pas attendu l’internet des objets pour connecter les éléments d’un tableau électrique aux réseaux. C’est le cas notamment des disjoncteurs qui sont communicants depuis déjà quelques années. L’utilisateur du tableau ainsi que ceux qui sont chargés de sa maintenance peuvent tirer des informations précieuses en les reliant à un réseau d’information. Ce sont des mesures et des comptes provenant de leur fonctionnement. Ils sont potentiellement exploités pour en optimiser l’utilisation et pour gérer les cycles de maintenance en accord avec les recommandations des fabricants. Les disjoncteurs communicants deviennent alors les périphériques de protection d’un véritable réseau interconnecté. Ils sont désormais la norme dans les installations les plus professionnelles.

Les disjoncteurs communicants pour renforcer la protection

Les disjoncteurs communicants, donc électroniques, sont un premier choix lorsque l’on doit faire une protection côté secondaire. C’est également le cas là où à cause de grandes longueurs de conducteurs ou de petites sections, il n’est pas possible d’utiliser un disjoncteur de ligne classique ou bien des fusibles. Les disjoncteurs électroniques communicants permettent aux constructeurs de machines et d’installations électriques de les utiliser pour mettre hors tension dans un temps défini et de manière très fiable un défaut de terre dans le circuit de commande. Pour la protection des appareils, les disjoncteurs électroniques sont de plus en plus utilisés par rapport aux fusibles classiques en raison de leur précision élevée.

Informer et piloter en temps réel

L’avantage évident des disjoncteurs communicants c’est leur capacité à fournir des informations sur leur propre état. Grâce à un circuit électronique intégré au boîtier on peut mesurer en permanence les paramètres de fonctionnement du disjoncteur. C’est bien sûr tout d’abord l’état marche/arrêt qui est exploitable. On peut non seulement le lire mais également le commander à distance. Son emploi dans un TGBT est donc évidemment bénéfique. En fait on peut considérer les disjoncteurs communicants comme de véritables ordinateur embarqués. Ils évaluent en temps réel la demande de courant, la demande de puissance ainsi que l’énergie accumulée. On peut fixer des minima et des maxima qui déclencheront des alarmes en cas de dépassement. Les rythmes d’échantillonnage des valeurs peuvent également être fixés.

La norme incontournable

Programme Eliot de LegrandPour la partie communication du disjoncteur électronique plusieurs protocoles sont utilisés. On retrouve fréquemment le RS485, un protocole série. Son avantage est de pouvoir connecter en direct un micro-ordinateur ou tout autre appareil de mesure qui exploite ce mode de transmission. Cette façon de se connecter au disjoncteur est surtout utilisée lors des installations, des phases de test et des dépannages. La connexion Ethernet favorise la communication quotidienne en temps réel. Rendue très populaire par les réseaux d’entreprise elle permet d’utiliser plusieurs types de protocoles sur une simple paire torsadée. La plupart de ces protocoles viennent du monde d’internet ce qui est idéal pour une communication par LAN ou même par WIFI.

Il est aussi possible d’exploiter un réseau de disjoncteurs dans des configurations de TGBT complexes de la même façon qu’on le ferait pour les périphériques d’un réseau local.

Produits communicants et IOT

Si les disjoncteurs ont été parmi les premiers équipements électriques à communiquer, comme le disjoncteur Masterpact Communicant de Schneider Electric par exemple, il semble que la tendance va dorénavant s’étendre à tous les autres modules des TGBT. l’IOT ou internet des objets apporte un gain énorme pour l’exploitation. La miniaturisation extrême des capteurs et des modules de communication rend les mesures et leur communication possible pour tous les matériels utilisés par les électriciens. L’initiative Eliot de Legrand va largement dans ce sens. C’est un programme initié en 2015 qui consacre la fusion de Electricity et d’IoT, d’où l’acronyme Eliot. Legrand s’est fixé l’objectif d’enregistrer d’ici à 2020 une croissance annuelle moyenne à 2 chiffres de ses ventes d’objets connectés.

Logo Eliot LegrandLe groupe compte doubler le nombre de ses familles de produits connectés, de 20 en 2014 à 40 en 2020. Legrand a créé un logo dédié tant cette évolution est importante pour le monde de l’électricité. Celui-ci identifiera désormais tous ses produits connectés. Ils devront être simple à utiliser, apporter un réel bénéfice d’usage tout en respectant la vie privée des utilisateurs. Il y a fort à parier que cette connectivité généralisée va devenir la norme pour tous les équipementiers et cela de façon beaucoup plus rapide qu’on aurait pu le croire.

 

> En savoir plus sur les disjoncteurs et la norme NF

 

A propos de l'auteur

Disjoncteurs.fr est le blog qui vous éclaire sur les techniques et les produits liées au matériel électrique. Nous vous accompagnons dans vos projets d'installation électrique, de rénovation et de décoration de votre habitat en vous donnant les informations qui vous permettent de concrétiser vos envies.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.