Disjoncteurs et contrefaçon

Le crime organisé produit de nos jours des disjoncteurs modulaires contrefaits, ce qui pose un plus gros problème pour la santé public que des sacs à mains, des lunettes de soleil (quoi que…) ou des montres. Les produits contrefaits (disjoncteurs, tableaux électriques, …) sont connus pour être de mauvaise qualité, puisque les faussaires ont pour but de faire des bénéfices importants aussi vite que possible, tout en utilisant des matériaux de mauvaise qualité et bon marché. Nous ne rappèlerons jamais assez l’importance pour votre sécurité et celle de votre famille, d’acheter du matériel électrique chez un fournisseur sûr de sa marchandise. Malheureusement, la contrefaçon sévit aussi dans l’univers du matériel électrique.

La contrefaçon des disjoncteurs et de matériel électrique est un danger

disjoncteur : les risques de la contrefaçon Les disjoncteurs modulaires fonctionnent comme des dispositifs de sécurité, et sont utilisés dans les tableaux de distribution des maisons. Lorsque l’alimentation en électricité est trop importante, le disjoncteur modulaire est censé déconnecter l’électricité. Le problème avec la contrefaçon est qu’il peut faillir lors de cette étape, ce qui met la vie des usagers en danger. Les imitations échouent même aux tests les plus indulgents prescrits par les normes obligatoires.

Ces produits contrefaits peuvent même prendre feu dans des conditions de charge normales : ces faux produits sont fabriqués sans même respecter les mesures de contrôle de qualité les plus basiques. Des incendies résidentiels, des chocs électriques mortels et même des explosions mettent la vie des occupants en danger.

Comment reconnaître une contrefaçon ?

Au vu des conséquences terribles qui peuvent résulter de l’utilisation de ces disjoncteurs contrefaits, il semblerait logique de tout simplement ne pas les acheter. Mais le problème pour la plupart des électriciens et entrepreneurs réside en ce que ces disjoncteurs modulaires contrefaits sont presque identiques aux appareils authentiques.

Certains produit sont si bien imités que même les marquages censés garantir à l’utilisateur final une bonne qualité, ne peuvent plus être fiables à 100%.

Il existe pourtant des signes distinctifs :

Le tampon dateur

Sur les appareils d’imitation, le tampon dateur est appliqué à la machine. En revanche, sur les appareils authentiques, il s’applique à la main par un inspecteur de qualité.

Un trou de moins ou 2 de plus…

Beaucoup de contrefaçons ont aussi un terminal avec un trou de positionnement et un terminal sans. Sur les appareils authentiques, les deux terminaux possèdent un trou de positionnement. Certaines marques n’en ont pas toutefois, alors que les contrefaçons en ont systématiquement pour celles-ci…

Les disjoncteurs modulaires contrefaits proviennent en grande majorité d’Afrique du Sud. Ils portent de manière illégale le nom de la marque, les marquages d’homologation SABS, VDE ou CE. Cela qui les rend pratiquement impossibles à distinguer du produit authentique. Mis à part ces 2 signes révélateurs, il est difficile de les reconnaître.

Un identificateur impossible à reproduire

Tampon d'un disjoncteur LegrandPour que les usagers finaux puissent différencier un produit contrefait d’un authentique, la solution se trouve sur le produit lui-même : un identificateur que les faussaires ne pourraient pas reproduire.

L’identifiant communément utilisé sur les produits est un code standard 2D. C’est la norme pour la sérialisation des produits.

Quelques exemples des informations qu’il est possible de trouver dans le code standard 2D :

  • La date de fabrication
  • Les références du produit
  • Pour l’usager, le moyen de trouver des informations sur le produit ou la compagnie sur Internet.

Si les codes standard 2D peuvent être copiés et imités par les faussaires, il existe un code 2D sécurisé pour soutenir les fabricants dans leur lutte contre la contrefaçon.

Le format propriétaire crypte la seconde couche de données encodées dans le code-barres 2D . Elle est indétectable par les scanners, et par conséquent, la sécurité augmente. Il est possible d’utiliser son Smartphone, ou des applications de lecteur de code-barres pour scanner et lire le code, mais pas le message crypté. Seul un personnel autorisé, un fabricant légitime de disjoncteurs modulaires, a accès aux informations cryptées du code. Il ne peut être reproduit même s’il est scanné par des fabricants de disjoncteurs modulaires contrefaits !

Comment les détecter ?

L’information cachée peut aussi inclure des codes aléatoires, générés par un algorithme, pour un séquençage et une sérialisation inconnue. L’usager a seulement besoin d’une application pour lire le code QR sur son Smartphone. Une fois le code scanné, l’application indique si le produit est original ou contrefait sans en révéler le code caché.

Donner aux utilisateurs finaux le pouvoir de différencier les produits authentiques des contrefaits ne suffit peut-être pas à stopper la fabrication de disjoncteurs modulaires contrefaits. Tous les usagers finaux ne se sentent pas concernés par l’authenticité d’un produit. Ceci est  particulièrement vrai lorsque la contrefaçon est vendue à un prix plus que réduit. En revanche, s’il veut lutter contre la contrefaçon, il suffit de scanner avec l’application. Si le logiciel ne génère pas le code, le système signale l’objet comme potentiellement contrefait.

> Où acheter en toute sécurité ?

A propos de l'auteur

Disjoncteurs.fr est le blog qui vous éclaire sur les techniques et les produits liées au matériel électrique. Nous vous accompagnons dans vos projets d'installation électrique, de rénovation et de décoration de votre habitat en vous donnant les informations qui vous permettent de concrétiser vos envies.

Articles similaires

Une réponse

  1. jimi

    «  » »Certaines marqueNT n’en ont pas toutefois, alors que les contrefaçons en ont systématiquement pour celles-ci… » » »

    marqueS et non marqueNT… un exemple de contrefaçon facilement détectable…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.